Blog publié par le Healthy Newborn Network - Octobre 2017

TRADUCTION de l'anglais au français.

Prendre en compte le point de vue de la maman et du papa

- ou comment faciliter l'adoption de la Méthode Kangourou autrement

C’était en 2003, j'étais enceinte de 30 semaines lorsque j'ai donné naissance à ma première petite fille. Comme beaucoup d'autres mamans de l'unité néonatale, j'ai eu des sentiments de culpabilité, d'incompétence et d'impuissance après l’accouchement de mon bébé prématuré. Les prise en charge médicale, bien que souvent nécessaires, ne fait qu'exacerber ce sentiment d'incompétence. Tout en faisant le deuil de la «naissance idéale», je perdais mes repères.

 

Rapidement, ayant eu la chance que mon bébé soit stable, j'ai été "autorisée" à la tenir sur moi, en peau à peau.

J'ai immédiatement senti la force naturelle et instinctive de ce contact, comment il pouvait immédiatement calmer mon bébé. Cela m'a aussi grandement aidé à retrouver la confiance et ma fierté. C'est à ce moment que j'ai appris qu’on appelait ça “Méthode Kangourou”. Les bénéfices pour sa santé et son développement ont été évidents, en plus du confort et attachement réciproque. Je me suis demandé pourquoi je n'en avais jamais entendu parler.

 

Comme l'allaitement allait bon train et qu'elle progressait bien, le pédiatre m'a permis de la ramener à la maison à seulement 4 semaines, alors qu'elle ne pesait que 4,5 livres (2 kg), à la condition de continuer à allaiter et de continuer le peau-à-peau.

J'étais ravie, mais la vie et toutes ses contraintes m'ont vite rattrapé car il y avait moins d'aide autour de moi. Malgré le grand plaisir que j'avais à pratiquer le peau-à-peau, j'ai trouvé ça difficile… Je ne pouvais pas rester assis en peau en peau, sans bouger, pendant des semaines. J'avais besoin de me lever et de bouger mais je n'ai trouvé aucun porte-bébé qui maintenait correctement mon bébé. Difficile de ne pas pouvoir manger quand on a faim, de boire quand on a soif et d'aller aux toilettes, sans réveiller ce petit bébé qui semblait avoir si désespérément besoin de ce contact.

 

J'ai alors compris comment le manque de mobilité était un problème, surtout quelques semaines après la naissance, limitant les séances de peau à peau ou raccourcissant le temps qui lui était alloué. D'autres mères m'ont dit que j'avais de la chance que c'était mon premier enfant, que c'était tellement pire quand il y avait d'autres enfants à prendre en charge.

 

Même fatiguée, étant un designer de vêtements fonctionnels, mon cerveau cherchait à trouver une solution.

Vous ne demandez pas à un plombier de s'asseoir et de regarder un tuyau qui fuit sans rien faire! ... Ça a donc été une seconde nature pour moi de rêver à des vêtements simples et jolis, qui faciliterait l’allaitement tout en pouvant maintenir bébé en peau à peau de façon sécuritaire, en toute mobilité.

 

Tout un défi de créer de tels vêtements fonctionnels. Mes 25 années d'expérience dans le milieu du textile et de la conception de vêtements, dont 15 années en fabrication industrielle, m'ont certainement été utiles. Mais avant tout, il me semblait important de redonner aux mères le vrai plaisir et la fierté d'avoir eu leur enfant, même prématuré. Je voulais prouver que la Méthode Kangourou devrait - et peut - être simple, facile et agréable.

 

Après plusieurs prototypes et de nombreux tests, j'ai conçu et commercialisé ma première ligne de vêtements d’allaitement et peau-à-peau en 2009, nommée VIJA Design, d’après une contraction de mon nom et des noms de mes filles (et muses) - Vivianne, Justine, Anaïs.

Mon vêtement «feel good» a été le T-shirt kangourou Peau-à-peau 3-in-1, qui maintient bébé «mains libres» en toute sécurité tout en étant joli et ultra-facile à utiliser.

J'ai également introduit des produits spécifiques adaptés à l'environnement médical, suite à la demande d'une pédiatre qui aimait mon concept et était convaincue que cela aiderait vraiment à avoir plus de peau à peau & plus d'allaitement à l'hôpital (Initiative Amis des Bébés).

 

2 ans plus tard, impressionné par le nombre croissant de demandes de papas pour obtenir leur propre t-shirt kangourou peau-à-peau «feel good», j'ai accepté de relever le défi et j’ai créé le premier tee-shirt de portage peau-à-peau pour papa ... Il semble donc que la fierté n'était pas juste un «problème de maman»!

Ce fut un succès et je sentais que je pouvais faire une différence pour que le peau-à-peau soit davantage adopté par les nouvelles mamans et nouveaux papas.

 

Puis vint ce moment où j'ai reçu ce courriel émouvant, le cri du coeur d'une infirmière bénévole travaillant dans un orphelinat au Mozambique, me disant qu'ils y avaient un afflux massif de bébés de faible poids et que beaucoup d'entre eux mouraient par manque de contact humain ... Elle m'a demandé mes t-shirts Kangourou Skin-to-Skin pour que les infirmières puissent sauver des vies tout en s'occupant d'autres enfants.

 

Cela m'a profondément touché, alors je lui ai envoyé autant de t-shirts que possible. Mais, au fond, je pensais que c'était imparfait ... Mon T-shirt était un peu trop lourd pour le temps chaud et trop cher à envoyer, trop compliqué à cause des tailles différentes à gérer.

 

C’est en pensant à ses besoins, que j'ai développé un vêtement peau-à-peau "Taille Unique" léger, qui peut également être porté comme sous-vêtement sous n'importe quel vêtement traditionnel ou culturel. Il est très doux pour bébé (pas de coutures sur la peau délicate), sécuritaire, facile à enfiler et donne la mobilité à maman - ainsi que la fierté.

Etant au KC Product Forum à Kigali (en marge de la 10ème Conférence Internationale KMC), j'ai reçu de nombreuses demandes pour ce vêtement de la part d'employés africains (homme et femme) à l'hôtel, qui demandaient à l'acheter. Donc j'avais raison, toutes les mamans et les papas du monde se ressemblent et ressentent la même chose!

 

Simple. Sûr. Facile. Réconfortant. Valorisant. En plus des multiples benefices pour la santé…Pour moi, c'est ce qu’est le peau-à-peau et je voudrais le partager avec d'autres mamans. Nous devons réfléchir sur l’implication et la perspective de la mère et du père, dans l'espoir que le peau-à-peau soit adopté rapidement, universellement et efficacement.